Don Camillo Montmirail

Dans cette page :

H207522

Introduction

Une longue histoire et une longue tradition chrétienne nous relient aux hommes et aux femmes du passé. Un grand nombre de changements se sont opérés ici, à Montmirail, mais l’idée que ce lieu puisse être un lieu où les hommes rencontrent Dieu et les autres, y a toujours été vivante. Montmirail demeure un endroit de foi. Nous vous en donnons, avec plaisir, un aperçu historique et espérons que le Seigneur continuera d‘écrire avec les hommes l’histoire de ce lieu magnifique, puisque «Mons mirabilis» signifie «mont merveilleux».

Cette page s’ouvre sur l’histoire de Montmirail et la présentation de la communauté Don Camillo. La deuxième partie donne des informations plus détaillées concernant les différents bâtiments et domaines que le lecteur pourra situer géographiquement grâce au plan en fin de page. La chapelle et la cafétéria peuvent être visitées sur demande en vous adressant à la réception. Les autres bâtiments sont privés.

Histoire de Montmirail

topHaut de page

Il s’agit, en fait, de deux «histoires croisées»: l’histoire du lieu appelé «Montmirail» et les débuts de l’histoire de l’église Morave. Ces deux histoires commencent séparément pour se rejoindre au 18ème siècle.

umgebung-montmirail1618 L’histoire de Montmirail commence sous la domination française. Henri II d’Orléans Longueville était au 17ème siècle le Prince de Neuchâtel. Un de ses officiers, Abraham Tribolet, devient châtelain de Thielle. Il construit en 1618 un château et une ferme avec une grange sur une petite colline.

1722 Après plusieurs ventes successives, c‘est la famille de Wattenwyl qui l‘acquiert en 1722. Un des propriétaires précédents l’a nommé Montmirail.

Herrnhut

1700 Une figure marquante de l’histoire de Montmirail est le Comte Nikolaus Ludwig de Zinzendorf. Né en 1700 à Dresde, il a six semaines lorsque son père Georg Ludwig meurt. Sa mère se remarie peu après et suit son nouveau mari à Berlin. Le petit Nikolaus est élevé à Hennersdorf (Saxe) par sa grand-mère Henriette Katharina von Gersdorf (1648-1726) qui est «bailli» de trois villages: Grosshennersdorf, Berthelsdorf et Oberberthelsdorf. Elle a été une des femmes les plus instruites du 17ème siècle, et d’une influence déterminante dans l’éducation de Nikolaus Ludwig.

1710 Nikolaus est admis au fameux institut pédagogique d’August Francke à Halle. C’est là qu’il fait la connaissance de Friedrich de Wattenwyl de Montmirail, avec lequel il se lie d‘amitié.
A 21 ans Nikolaus, majeur, hérite des domaines de sa famille dans l’Oberlausitz.

aussicht2En 1722 Nikolaus de Zinzendorf se marie avec Erdmuth Dorothea Comtesse Reuss à Ebersdorf. Elle lui est une aide précieuse, notamment dans l’éducation de leurs 12  propres enfants dont 9 ont décédés jeunes et un fils à l’âge de 25 ans. Elle instaure l‘égalité entre hommes et femmes pour le droit de vote dans la communauté. Sur son domaine à Berthelsdorf, Nikolaus de Zinzendorf accueille des «réfugiés» chrétiens, descendants des fondateurs de la communauté de frères de Bohême et de Moravie, en butte à l’hostilité du Royaume des Habsbourg, à cause de leurs convictions religieuses. Venus de Bohême et de Moravie, mais aussi de toute l’Allemagne, ils forment, sous la direction de Nikolaus de Zinzendorf, la communauté de Herrnhut, une communauté chrétienne issue de différentes dénominations. C’est ainsi que naît l’église Morave, tout en gardant les traditions de l’ancienne «fraternité». Cette nouvelle communauté provoque certaines tensions dans l’église. Le Comte est expulsé de Kursachsen, car il organisait des cultes et prêchait en tant que laïc.

1739 Après son expulsion N. de Zinzendorf arrive à Montmirail. Il rêve d’y fonder une communauté ou un cercle d’amis moraves et d’y accueillir des réfugiés, Huguenots aussi bien que Vaudois.

Montmirail

1742 La première partie de l’actuel Corps Central est construite ainsi qu’une boulangerie en face. Peu de temps après, la population de Montmirail s‘élève à 34 personnes.

23 photo1748 Les difficultés ne tardent pas à survenir. Les pasteurs neuchâtelois, «la vénérable classe», n’acceptent aucune autre église dans leur région, la considérant comme «secte». Les Moraves, une nouvelle fois, quittent les lieux. En bateau ils gagnent la région de Francfort, où se trouve une autre base un peu plus récente de leur église: le Herrnhaag. Puis F. de Wattenwyl redevient le propriétaire du domaine de Montmirail.

1757 C‘est la dernière fois que le Comte N. Zinzendorf se rend à Montmirail.

G-kuche1766 La formation était une chose très importante pour l’église Morave. Des écoles pour filles et garçons se sont ouvertes en plusieurs endroits d’Europe. À Montmirail, les Moraves fondent le premier internat de jeunes filles en Suisse. «L’institution de Montmirail» débute avec deux enseignants et deux élèves. Mais l’école évolue rapidement. Dans ses meilleures années, elle compte près de 150 élèves et enseignantes. Pendant 222 ans, le français, l’école ménagère, l’apprentissage des bonnes manières et la religion sont au programme de l’école fréquentée jusqu’en 1988 par des jeunes filles venues de toute l’Europe. Mais dès la 2ème guerre mondiale, le nombre de pensionnaires est en déclin et la communauté morave doit réfléchir à une nouvelle affectation du lieu.

1988 L‘institution de Montmirail ferme définitivement ses portes. La communauté Don Camillo fait l’acquisition du domaine de Montmirail avec droit de superficie et reçoit l‘agrément pour y créer une maison d’hôtes et y établir le centre de la communauté, ce qui nécessite de rénover et transformer une grande partie des bâtiments. Au début, seules deux familles pouvaient être logées sur place. Par la suite, les chambres des élèves ont été transformées en chambres d’hôtes.

1989 Avec l‘installation d‘ une famille d’agriculteurs à Montmirail, il est possible de reprendre l‘ exploitation de la ferme.

CC-Bau21999-2001 Rénovation du Corps Central avec l‘aide de nombreux bénévoles. La communauté tente de réaliser toutes ces transformations dans le respect de l’histoire et du charme unique de Montmirail. En 2001, à Pâques, a lieu la réouverture. Depuis, Montmirail accueille chaque année plusieurs milliers d’hôtes.

Don Camillo

topHaut de page

Fenster-ChapelleLa Communauté Don Camillo, née d’un groupe de jeunes de l’église réformée de Bâle a été fondée en 1977. La fraternité des «Christusträger» a été déterminante dans l‘histoire de sa fondation. Quelques jeunes, interpellés par le mode de vie de cette fraternité, ont mis l’Evangile au défi de devenir une force pour leur propre vie. La vie communautaire signifie des moments de prière commune, le partage de l’argent et un cheminement en communion avec Jésus-Christ. Chercher, en discussion avec d’autres, la trace de Dieu et poursuivre le mystère de la vie et de la foi est le défi, toujours passionnant, que la communauté a relevé. En 1988, Don Camillo s’est installé à Montmirail, dans le canton de Neuchâtel. Cet endroit a permis de réaliser le rêve d’accueillir des hôtes et des personnes en difficulté. Nous souhaitons que les hôtes, comme les gens de passage, trouvent ici la paix et le calme leur permettant de faire de nouvelles rencontres avec Dieu et les hommes.
FernandelEn 2013, trois femmes célibataires et 6 couples avec 22 enfants vivent à Montmirail. D\'autres familles font également partie de la communauté et habite à Bâle, Bern et Berlin. La communauté est membre de l’Église réformée évangélique de Neuchâtel. Elle s’engage dans l’accueil des hôtes, dans l’entretien et dans la rénovation des vieux bâtiments, dans l’agriculture, ainsi que dans l’accompagnement de personnes dans une phase difficile de leur vie. Don Camillo aimerait construire des ponts entre différentes dénominations, entre les églises officielles et les églises libres, mais aussi entre les régions linguistiques. Les trois prières liturgiques à la Chapelle, matin, midi et soir, nous invitent à faire une halte et, malgré le bruit du monde, à nous mettre à l‘écoute du murmure d‘une Parole.

Château

topHaut de page

Chateau3Le château, premier bâtiment de Montmirail, a été construit en 1618. A l’époque, le rez-de-chaussée servait de remise pour les calèches. A côté, se trouvaient les chambres pour le personnel domestique. Au premier étage, habitaient les propriétaires du domaine (le bel étage). Au rez-de-chaussée, sur la façade sud (vue sur le canal de la Thielle), il est possible d’apercevoir l’emplacement d’anciennes portes qui offraient un accès direct au jardin à la française. La remise pour calèches au rez-de-chaussée a été transformée en «grand salon», utilisé depuis comme salle pour des réunions ou des séminaires. Elle donne au visiteur un intéressant aperçu du passé.
Chateau Grand-SalonLors de la construction de la première partie du «Corps Central» en 1742, une galerie reliant les deux bâtiments fut ajoutée. Détail remarquable: sur une pierre de colonne,on peut lire la date gravée “1644“, indiquant que du matériel de récupération fut utilisé lors des travaux. Le toit du château a été surélevé en 1864 pour donner naissance à un nouvel étage.

Maison du Four

topHaut de page

Maison-du-fourLa maison du four a été construite entre 1743-1745 et utilisée comme boulangerie et comme lessiverie. Plus tard, le bâtiment fut agrandi pour satisfaire aux besoins de l’école. De cette manière, l’école ménagère (cuisine, lessive, couture, etc.) se trouva réunie sous un seul toit. Dans la petite pièce visible au deuxième étage, on fumait la viande. La cloche à l’entrée (sortie) servait de moyen de communication.Aujourd’hui, le rez-de-chaussée contient une salle de séjour pour les volontaires qui travaillent temporairement à Montmirail. A l’étage supérieur se trouvent plusieurs bureaux.

Péristyle

topHaut de page

Peristyle neuLe long bâtiment pittoresque, large de cinq mètres seulement, a été créé en 1842 pour offrir un lieu de culte plus grand. Mais puisque les cultes organisés en dehors de l’église réformée de Neuchâtel n’étaient pas les bienvenus, l’utilisation de ce bâtiment demeura secrète. Le péristyle fit office de lieu de culte jusqu‘à ce qu’une vraie chapelle fut construite en 1872. Le côté ouest, donnant sur la cour, repose en grande partie sur une structure en bois et le décor lui-même est de bois peint. Cette façon de construire était considérée comme noble et moderne. La partie sud sert aujourd’hui de salle polyvalente. La partie nord du bâtiment servait autrefois de débarras et abrite aujourd’hui la réception ainsi que quelques bureaux.

Ateliers et chauffage

topHaut de page

ACLe seul bâtiment récent date de 1993 et a été construit pour abriter une nouvelle centrale de chauffage. Le silo stockant les copeaux est visible à l‘extérieur. Acheminés depuis le silo visible à l‘extérieur par un système de „vis sans fin“, les copeaux sont brûlés à l‘intérieur. Sur le côté sud-est du toit, se trouvent des capteurs solaires servant à chauffer l’eau, avant qu’elle ne soit distribuée dans les maisons de Montmirail. Dans ce nouveau bâtiment ont également été installés une menuiserie et un atelier de mécanique ainsi qu‘ une chambre froide pour les produits agricoles et ceux utilisés par la grande cuisine. Les produits de la ferme de Montmirail y sont proposés en vente directe.

Chapelle

topHaut de page

Chapelle aussenUn architecte local, Léo Châtelain (1839-1913), qui avait déjà réalisé de nombreux projets à Neuchâtel et environs, fit construire en 1872 la troisième partie du Corps Central
– flanquée d‘une aile à l‘est – pour accueillir la Chapelle et la Salle à manger. Son plan prenait en compte la symétrie établie avec l‘aile sud déjà existante. Ces constructions ont été effectuées pour répondre aux nécessités d‘extension de l‘internat. La chapelle servait de lieu de culte et c’est là que la journée commençait. D’après le projet de Léo Châtelain la chapelle aurait du être peinte. Mais les Moraves souhaitaient conserver leur lieu de culte en blanc car le Comte de Zinzendorf voyait les participants au culte comme étant eux-mêmes le plus bel ornement du lieu. Chapelle-altDans l‘ abside de la chapelle, l’escalier menant à l’extérieur servait probablement d’entrée séparée pour le pasteur. Ceci correspondait plutôt à une idée des pasteurs locaux. On est frappé par la grande taille des fenêtres qui éclairent ainsi au maximum la nef. Les colonnes de briques, qui donnent un style moderne, ont été placées à côté des fameuses colonnes en pierre naturelle d’Hauterive. Dans la salle à manger des colonnes de fonte soutiennent la construction supérieure. Les vitraux du choeur de la chapelle ont été réalisés par l’artiste YOKI et inaugurées à la Pentecôte 1994.
La chapelle, dans laquelle ont lieu trois prières communes par jour, et presque chaque dimanche un culte, joue un rôle important dans la vie quotidienne de la communauté. De temps à autre, cet espace accueille aussi des concerts, des séminaires, des conférences ou des synodes.

Corps central

topHaut de page

Corps-Central-1832L’impressionnant bâtiment doté
de trois entrées, chacune précédée d’un escalier, a été construit en trois étapes. La première partie fut bâtie de 1742 à 1745 et utilisée en tant qu’immeuble d’habitation par la communauté de l’église morave. Elle comprenait salon et cuisine. Le Corps Central a été reconverti en logements pour les pensionnaires à partir de 1766. Mais peu de temps après, il était déjà question d’agrandissements. C’est ainsi que la partie du milieu fut construite en 1820, mais elle ne comportait que deux étages pour des raisons financières. Neuf ans plus tard, un troisième étage fut ajouté. La troisième partie du bâtiment fut érigée en 1872 avec la grande cage d’escalier et la cuisine, ainsi que la chapelle et la grande salle à manger. Etonnamment, les architectes et constructeurs successifs ont respecté, sur plus de 130 ans, le style initial – et donc l‘unité – de la façade. C’est pourquoi elle nous paraît aujourd’hui très homogène.
SpeisesaalDe 1999 à 2001, l’intérieur du Corps Central a subi une restructuration complète en vue d’une adaptation aux besoins d’aujourd’hui. Pour cette réalisation, les habitants de Montmirail ont pu bénéficier d’aides extérieures. Les magnifiques éléments anciens ont été harmonieusement adaptés aux parties plus modernes, ce qui donne un certain style à la construction. La maison des hôtes offre 36 chambres, chacune avec salle d‘eau. Chaque année sont hébergés de nombreux hôtes qui viennent en groupes ou à titre individuel. Le programme annuel vous donnera toutes les informations sur les possibilités offertes par Montmirail.

Aile Sud

topHaut de page

Aile-sud2Ce bâtiment fut édifié en 1856 pour agrandir l’école. Les premiers plans ont été dessinés à Herrnhut. De nombreux bâtiments (salles paroissiales et autres institutions)
de l‘Eglise morave ont été édifiés dans un style et une architecture proches. La façade Ouest est construite en pierres naturelles pour mieux résister aux intempéries liées à son exposition. La façade Est donne sur la petite cour intérieure; des volets fermés sont simplement apposés au mur et ne cachent aucune fenêtre. En effet, ils furent installés pour des raisons purement esthétiques. Autrefois utilisés comme logements des pensionnaires et salles de classe, les trois étages du haut sont habités aujourd’hui par des familles de la communauté. Au rez-de-chaussée se trouvent trois salles de séminaire, et une bibliothèque comptant notamment de nombreux ouvrages des siècles passés.

parkLe parc, riche en arbres anciens et exotiques, est à la disposition des hôtes et offre aussi bien des bancs pour se reposer dans des endroits retirés, que des chemins de promenade permettant de contempler les Alpes. Un emplacement réservé aux barbecues, un terrain de tennis, un autre de basket-ball ou de foot, tout comme la piscine, sont très appréciés des hôtes.
Une tour servant de grange à céréales a jadis été construite en 1825/26. Elle était équipée d’un système de ventilation comme il en existait déjà en Angleterre. C’était en partie pour cette raison qu’on la nommait «le grenier anglais». Un escalier en spirale en faisait le tour pour conduire à une terrasse (belvédère) comme en témoignent les prospectus de l‘internat à cette époque. Après 20 ans d’utilisation, la tour devint inutile. Il était en effet plus simple d’aller acheter les céréales au marché. Elle fut finalement détruite en 1871.

1) Château - Grand Salon / 2) Maison du Four / 3) Péristyle / 4) Ateliers et Chauffage / 5) Chapelle / 6) Corps Central / 7) Aile Sud / 8) Parc et agriculture / hachure Privé

Plan-Montmirail-Hauser